Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Projets de lanceurs français du LRBA en 1966-1968 au 144e

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bonjour,
Quatrième et dernier volet de mon projet, voici les lanceurs lourds étudiés dans les années soixante par le LRBA pour développer la gamme des Diamants.

L'objectif était d'obtenir une capacité suffisante pour l'orbite géostationnaire. Il fallait donc un lanceur lourd avec un troisième étage redémarrable pour l'injection dans l'orbite.
Pour améliorer les chances de voir de tels projets adoptés le LRBA fit en sorte d'utiliser au maximum du matériel existant pour diminuer les coûts et les délais de mise au point. La solution d'un étage en faisceau, utilisée par les soviétiques avec leur fusée R-7 fournissait une bonne solution.

A partir de matériel "Diamant" comme le premier étage Améthyste un nouvel étage, Catherine, fut conçu en liant en faisceau quatre Améthystes modifiés. Chaque élément ne contenait plus qu'un seul ergol et deux étaient dédiés à l'UDMH, les deux autres au peroxyde d'azote. Un système de tuyauterie croisée approvisionnait les 4 moteurs et l'ensemble, qui fonctionnait sans turbo pompe, était pressurisé par une sorte de cinquième moteur situé entre les réservoirs.

On s'était aperçu que le moteur Vexin, plus simple à modifier, brûlait très bien ces ergols qui étaient destinés à l'origine à son successeur Valois. On adapta donc des Vexin comme éjecteurs pour Catherine.

On repris le même principe à une taille plus grande avec l'étage Octavie (Super vulcain) constitué de quatre Diane, ce dernier restant toutefois à concevoir.

Le groupe des lanceurs LRBA :



Un prototype de Catherine exposé au Bourget en 1968 :



Un schéma de l'étage Catherine :



Je suis parti de ces informations pour m'attaquer au lanceur Carmen et son premier étage, Diane. Celui-ci comporte deux éjecteurs Vexin articulés et je me suis amusé à essayer de reconstituer complètement la baie de propulsion. Je suis resté dans l'esprit de la baie "Catherine" qui date de la même époque et du même bureau d'étude.
Après quelques heures de fun, voici ce que cela donne :











J'ai gardé des formes et détails adaptés à l'échelle du 144e et fait en sorte que ce soit imprimable et moulable, bien sûr.

Je vais pouvoir reprendre des éléments pour les baies de propulsion Catherine et Octavie.
à suivre...

_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Et hop, je vous présente Carmen, lanceur moyen conçu en 1968 : 600kg en orbite basse, 95kg en orbite géostationnaire.













et j'attaque Vulcain à présent...
_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Suite de mes aventures...
Hier j'ai imprimé le lanceur Carmen.





La semaine prochaine je vais m'attaquer aux gros lanceurs Vulcain, Bacchus et Super Vulcain : beaucoup de pièces à imprimer et introduction de photo découpe pour les petits détails.

à suivre...
_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Je me suis attaqué ensuite à la famille des lanceurs Vulcain (1967).
Il s'agissait de lanceurs équivalents aux fusées Atlas : environ une tonne en orbite basse et 170kg en orbite géostationnaire.



Pour contenir les coûts, ce lanceur était basé sur un premier étage, Catherine, composé de quatre réservoirs Améthyste (Diamant B) couplés en faisceau.
Chaque réservoir ne contenait plus qu'un seul ergol : deux pour l'UDMH et deux pour le peroxyde d'azote. Un système de tuyauterie croisée permettait d'alimenter les quatre éjecteurs de type Vexin (Diamant A) modifiés. Ces tuyauteries comportaient des éléments articulés sur rotule pour permettre le débattement des éjecteurs pour le pilotage de la fusée.

A l'époque les moteurs Vexin et Valois ne possédaient pas de turbopompe d'alimentation. Les ergols étaient forcés par la mise en pression des réservoirs.
Cette pression était créée... par une sorte de moteur fusée du même type mais plus petit, qui brulait les mêmes ergols et envoyait les gaz de combustion dans les réservoirs. Pour fonctionner, ce petit moteur auxiliaire avait lui-même besoin de mise en pression qui était réalisée par des bouteilles d'air comprimé (les volumes à traiter étant bien plus petits).

Le deuxième étage était un Coralie, conçu pour le programme Europa. Le troisième étage était un Rita 1 à poudre emprunté au programme balistique militaire et utilisé dans la réalité sur Diamant BP4 quelques années plus tard.

Je me suis donc régalé à "jouer à l'ingénieur" en reconstituant les différents éléments de cette machinerie à l'aide d'un plan et de quelques photos d'un prototype Catherine exposé en 1968 au Bourget. Voici le résultat qui est en cours d'impression.

L'étage Catherine :





Ici j'ai "enlevé" l'un des réservoir pour montrer le dispositif de mise en pression qui est logé au milieu du faisceau :



Celui-ci se compose d'un groupe de bouteilles d'air comprimé qui servent à forcer le carburant dans le moteur de pressurisation :



L'air comprimé est injecté dans le réservoir double contenant les deux ergols (le long cylindre supérieur). Ceux-ci passent alors dans le moteur (cylindre du bas) :



Après combustion les gaz sont injectés dans les quatre réservoirs principaux pour pousser les ergols vers la sortie :



La baie de propulsion. On distingue les tuyauteries d'alimentation, les quatre éjecteurs Vexin et les quatre vérins d'orientation pour le pilotage :





Le deuxième étage est un étage Coralie (d'où la dénomination "Vulcain C") emprunté au programme Europa alors en cours. On distingue les quatre éjecteurs de sa baie de propulsion à travers la jupe de liaison :



L'ensemble des pièces en résine pour un lanceur. Il y aura aussi une planche de photo-découpe ainsi que des structures à assembler en rond de laiton de 0,2mm :



Pour assembler simplement les structures en tige de laiton j'ai conçu deux gabarits de montage :

.

La suite bientôt avec les protos imprimés.
_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Vraiment superbe ! Mon banquier m'a mis en garde contre des individus diffusant le rêve, je n'ai pas compris de qui il pourrait parler... Laughing Laughing

Voir le profil de l'utilisateur
Very Happy Very Happy Very Happy  Merci Fox! Ce que ne te dit pas ton banquier est qu'il me reversera une commission sur tes futurs achats, gniark gniark clown

Hier soir j'ai terminé les dessins de la famille Vulcain.
J'ai ajouté :
Vulcain P (pour Poudre) : premier étage Catherine, deuxième étage P16 (du programme balistique ICBM), troisième étage Rita 1 (idem)
Vulcain H (pour Hydrogène) : premier étage Catherine, deuxième étage Coralie, troisième étage cryogénique H3.5 (un projet précurseur de ce que sera le troisième étage d'Ariane).





Le Vulcain P :











Et le Vulcain H :





Ce soir, photos des protos imprimés.
_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Je savais depuis longtemps qu'un banquier était un être immonde, juste bon pour te prêter un parapluie à 12% en cas de pluie, après, of course, que tu lui ai confié tes économies, donc je ne suis pas surpris !
C'est quand même un excellent travail !!!

Voir le profil de l'utilisateur
Et voici les impressions des protos de Vulcain C, P et H :











Au tour de Bacchus et Super Vulcain à présent...
_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour Very Happy

Voici la suite et la fin de mon étude sur les projets de lanceurs français.
Je termine avec les deux plus gros : Bacchus et Super Vulcain B

Bacchus (1968, 228t au décollage, l'équivalent d'un Delta 2914) est constitué d'un premier étage "Octavie" qui est un faisceau de quatre étages Diane couplés à la manière de Catherine : deux sont remplis de peroxyde d'azote et deux d'UDMH. Pas moins de huit éjecteurs Vexin fournissent une poussée de 280t.
Les moteurs n'ont pas de turbo pompe et fonctionnent à la manière de Coralie, le deuxième étage de la fusée Europa. Au milieu du faisceau se trouve deux réservoirs des même carburants qui sont brûlés dans un petit moteur central : les gaz d'éjection sont injectés dans les quatre gros réservoirs où ils repoussent les ergols vers la sortie.
Le deuxième étage est un Diane "classique", c'est à dire avec ses deux réservoirs l'un au-dessus de l'autre.
Le troisième étage, Mireille est à carburant liquide mais restait à concevoir.

Bacchus :









Et voici le grand final, le lanceur Super Vulcain B (1968, 363t au décollage, 600kg en orbite géostationnaire, soit l'équivalent de la future Ariane 1).
Ici on développe le même concept :
Premier étage : il s'agit d'un Octavie allongé, avec ses huit moteurs Vexin.
Deuxième étage : on réemploie Catherine, le premier étage des Vulcain.
Troisième étage : ici on trouve Coralie, venu du programme Europa.

Super Vulcain :













Voilà. A présent l'impression me sort les prototypes des futurs kits. Ces deux derniers lanceurs sont bien plus complexes, avec une cinquantaine de pièces et de la photo découpe.

à suivre, bien sûr !

_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Hier j'ai procédé à l'impression des petites pièces (seulement 7h !) car je voulais juger de leur qualité et de leur maniabilité pour un maquettiste aux gros doigts comme moi.
Je vais éliminer 10 pièces qui seront remplacées par de la PE, plus maniable et surtout plus facile à dégrapper. Pour les autres cela à l'air nickel et tout à fait moulable.

Les impressions d'hier. A gauche les pièces qui seront traitées en PE pour être plus manipulables :





Demain grande session d'impression avec les corps des réservoirs.
à suivre...
_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Très impressionnant, bravo!

Voir le profil de l'utilisateur
Suite des méga-suppositoires

Une petite impression de pièces corrigées et d'un élément qui était un challenge à imprimer correctement : la jupe de liaison inter-étage du lanceur Bacchus.
Un grand tronc de cône avec une paroi fine (0,4mm) et des renforts intérieurs.

Difficile à positionner avant impression : ça m'a pris plus d'une heure pour trouver là où placer les bons supports mais, ouf, le résultat est là :





Demain je termine les impressions avec les corps des réservoirs.

_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Que dire sinon que c'est vraiment du très grand boulot, nécessitant une grande connaissance en de multiples disciplines. Respect Monseigneur !

Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour,
Et voilà une impression de Bacchus pour donner une idée de l'ensemble (empilement des pièces brutes, sans la PE).
C'est plus gros que je ne pensais... demain, Super Vulcain va paraitre encore plus gros.



La suite demain...

Voir le profil de l'utilisateur
Et voilà la suite :

Les lanceurs Bacchus et Super Vulcain B. Pièces brutes empilées pour donner une idée des maquettes :



Le lanceur Bacchus sans la photo-découpe :



Le lanceur Super Vulcain B sans la photo-découpe :



... et la planche de photo découpe !



Voilà : la phase 2 (impressions) est terminée. La semaine prochaine, phase 3 : polissage et préparation de toutes ces pièces pour le moulage.. et envoi de la photo-découpe pour gravure.

_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour,
La photo découpe est arrivée du graveur. C'est très joli et plus grand que je ne pensais...







Je suis à présent dans la très longue étape de ponçage et polissage des éléments avant leur reproduction par moulage. La suite dans quelques semaines.

En attendant j'attaque le dessin des décals pour décorer tous ces suppositoires : nom du labo, posologie... Naaaaan ! J'rigole. clown

_Bruno

Voir le profil de l'utilisateur
Que dire Bgire, c'est beau, impresionnant... Un travail digne de professionnel, félicitation surtout le travail en 3D.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum